Gauche Uppercut (ou L’ Archipel B 612)

SPECTACLES ET ANIMATIONS

Texte de Joël Jouanneau – Mise en scène : Mohamed Adi-1996

Histoire d’un couteau rouillé et d’un briquet. Comédie urbaine burlesque en hommage aux Marx Brothers et à Jerry Lewis

L’Archipel B 612 est un lieu abandonné à l’écart de la Zone Rouge. Y sont parqués six êtres humains.

Cloack, 70 ans ;
Bonsai, 72 ans ;
Widish, 18 ans ;
Nigger, 65 ans ;
Prince, 25 ans ;
Denfer, 16 ans.

Seul Widish dispose d’un contrat de travail. Les autres sont sans ressource ni abri. Pour que la vie soit possible, ces six-là ont établi trois lois:

« Un : à deux on se tient chaud »
« Deux : à trois c’est un de trop »
« Trois : seul on ne tient pas »

Un 7ème, celui par qui le drame arrive, vient bouleverser l’équilibre déjà fragile de cette planète des exclus. Nain Jaune, il a 40 ans, il est algérien, c’est « l’étranger ».

Une main invisible préside à leur destinée, celle de Menott, que l’on ne voit jamais, sans âge, il est propriétaire de la Zone Rouge et a tous les droits…..

Mais, un cirque arrive et s’installe sur la place du village….

Particularité :

Ce spectacle peut être joué en tous lieux, dans n’importe quel décor urbain (métro, usine, hangar, …. sur les docks, dans les prisons, dans le Port Autonome de Marseille, … Mais aussi dans les théâtres dans une scène dépouillée au maximum.

Critiques :

« Ca s’est passé dans le métro », La lettre de la Région n°114, mars-avril 1996 :

« … jeudi 15 février 1996, .. station métro Vieux-Port à Marseille, une femme gît face contre le sol; un homme surexcité brandit un couteau, … Les badauds s’attroupent, personne n’intervient !! Certains semblent même s’amuser de la scène…La comédie a assez duré… « Coupez lance le metteur en scène: Il faut respecter le texte! On ne joue pas avec la comédie! On joue la comédie. Elle s’appelle « Gauche Uppercut ».

.

Sauver la planète

Animations de revalorisation en utilisant des supports culturels et artistiques avec la participation des enfants et des adultes du du grand centre ville de Marseille. Organisation de la première journée du recyclage du ré-emploi.

Riche ou pauvre, petit ou grand, chacun doit avoir conscience et pouvoir jouer un rôle citoyen dans le sauvetage de la planète. Le Pied Nu affronte cette question avec ses publics et ses partenaires du Grand Centre-Ville de Marseille.

Deux questions sont abordées par le Pied Nu :

  • Que puis-je faire pour sauver la planète ?
  • Peut-on donner une deuxième vie aux objets quotidiens ?

Que puis-je faire pour sauver la planète ?

Accompagnés par l’équipe du Pied Nu, les enfants du Grand Centre-Ville de Marseille, leurs parents, leurs enseignants, les membres des associations qui y travaillent au quotidien doivent tenter de répondre à la question : Qu’est-ce que chacun peut faire pour sauver la planète, individuellement, collectivement, dans la vie courante ?

Avec la découverte de ce que sont l’écologie, les aliments bio, le tri sélectif, de l’impact de la circulation en vélo, du recours aux fibres naturelles, des normes et de l’éthique de la production, …, il s’agit d’aider chacun à devenir « acteur » et à ne plus se limiter au rôle de « consommateur ». Ces sujets sont austères sauf s’ils sont abordés de manière participative et ludique.

Un travail intense d’exploration des thématiques sera fait avec les différentes institutions et se traduire en activités d’animation qui doivent produire des temps forts : spectacles préparés et joués par et avec les publics concernés, expositions des œuvres des participants en particulier les enfants des classes des écoles impliqués (chant, danse, peintures, arts plastiques, photos, bandes dessinées, ….). Les participants ont l’opportunité de s’exprimer au travers de disciplines et sur des supports soit qu’ils maîtrisent ou au contraire qu’ils ont envie de découvrir : arts visuels, manipulation des matériaux, écriture (récit, agenda, micro-nouvelle …) chants, slam … sur la thématique de travail.

Dans les prochaines éditions, il est prévu d’associer des animateurs et des artistes.

Calendrier : Ces activités ont démarré en novembre 2019 et sont suspendues provisoirement.

Lieux des activités : la Cité de la Musique, Coco Velten, Manifesta, CIQ St Charles, l’ACAM

Partenaires : Les écoles, les centres sociaux, les associations du Grand Centre-Ville

« Donner une 2ème vie aux objets quotidiens »

Parmi les partenaires du Pied Nu, qui, mieux que les Compagnons d’Emmaüs savent répondre à cette question ! Les plus pauvres parmi les pauvres donnent une leçon à tout un chacun avec l’exemple de la remise en état et du don de deuxième vie aux objets. Vocation économique en priorité, elle a pour avantage de contribuer au sauvetage de la planète. En cela, les Compagnons d’Emmaüs, acteurs au cœur de la ville, ont beaucoup à nous apprendre et nous montrent le chemin.

Pour valoriser cette approche, le pied Nu a pris le parti de mettre en avant le travail des Compagnons pour leur participation active au sauvetage de la planète, par la collecte, le recyclage et le réemploi des déchets. Cette valorisation passe par des actions de sensibilisation en utilisant des supports culturels et artistiques avec la participation des enfants du Centre-Ville à l’organisation dans les boutiques solidaires des expositions d’objets ramenés à la vie, des animations simultanées dans les quartiers, des mises en scène autour des déchets ou recyclages (vaisselle, mobilier, vêtements, …).

Dans un travail d’interaction entre les boutiques solidaires (Danaïdes et Colbert) et les habitants des quartiers des 1er et 2ème arrondissements de Marseille, il s’agit d’amener les habitants, les écoliers, les membres des associations sociales, sportives, etc., à mettre au premier plan les boutiques Emmaüs et à devenir chacun « ambassadeur du tri ».

Cet évènement devait s’inscrive dans la première « journée du recyclage et du réemploi » prévue le 20 juin 2020, portée pour l’instant par le secteur associatif. Il a vocation à associer les institutions de la Métropole, puis de l’Etat en se déployant peu à peu dans toute la France et en devenant une journée nationale du recyclage et du réemploi.

Activités initiées à la date prévue, suspendues pour cause de Covid 19 et reportées à une date ultérieure

Parmi les partenaires du Pied Nu, qui, mieux que les Compagnons d’Emmaüs savent répondre à cette question ! Les plus pauvres parmi les pauvres donnent une leçon à tout un chacun avec l’exemple de la remise en état et du don de deuxième vie aux objets. Vocation économique en priorité, elle a pour avantage de contribuer au sauvetage de la planète. En cela, les Compagnons d’Emmaüs, acteurs au cœur de la ville, ont beaucoup à nous apprendre et nous montrent le chemin.

Pour valoriser cette approche, le pied Nu a pris le parti de mettre en avant le travail des Compagnons pour leur participation active au sauvetage de la planète, par la collecte, le recyclage et le réemploi des déchets. Cette valorisation passe par des actions de sensibilisation en utilisant des supports culturels et artistiques avec la participation des enfants du Centre-Ville à l’organisation dans les boutiques solidaires des expositions d’objets ramenés à la vie, des animations simultanées dans les quartiers, des mises en scène autour des déchets ou recyclages (vaisselle, mobilier, vêtements, …).

Dans un travail d’interaction entre les boutiques solidaires (Danaïdes et Colbert) et les habitants des quartiers des 1er et 2ème arrondissements de Marseille, il s’agit d’amener les habitants, les écoliers, les membres des associations sociales, sportives, etc., à mettre au premier plan les boutiques Emmaüs et à devenir chacun « ambassadeur du tri ».

Cet événement devait s’inscrive dans la première « journée du recyclage et du réemploi » prévue le 20 juin 2020, portée pour l’instant par le secteur associatif. Il a vocation à associer les institutions de la Métropole, puis de l’Etat en se déployant peu à peu dans toute la France et en devenant une journée nationale du recyclage et du réemploi.

Activités initiées à la date prévue, suspendues pour cause de Covid 19 et reportées à une date ultérieure

 

Moha le Fou, Moha le Sage

SPECTACLES ET ANIMATIONS

Pièce de théâtre adaptée du texte de Tahar Ben Jelloun 1983

Mohamed Adi rencontre un jour un texte de Tahar Ben Jelloun « Moha le fou, Moha le sage. C’est l’illumination ! « C’est comme si les contradictions n’avaient plus besoin d’être résolues, il suffisait qu’elles s’expriment ».

A partir de ce spectacle le Pied Nu s’est créé.

« Un homme a été torturé. Pour résister à la douleur, pour triompher de la souffrance, il eut recours à un stratagème : se remémorer les plus beaux souvenirs de sa courte vie. C’est sa parole qu’on entendra. Seul Moha saura la capter et la transmettre aux autres ».

C’est par ce texte que commence l’adaptation théâtrale qu’interprète Mohammed Adi. Avec des objets dérisoires, sur une scène dépouillée, Moha se remémore donc sa vie, sa plongeant dans les moments difficiles au pied d’un arbre symbolique d’une communication cosmique de la nature.

Gilgamesh

SPECTACLES ET ANIMATIONS

Mise en scène : Loys Novell Rossignol Dereck-1985

Un moitié humain moitié homme parti sur la quête de l’immortalité à la suite de la perte de son ami. Dans cette quête, il va la perdre. 2500 A-JC en basse Mésopotamie, une des plus vieilles histoires du monde.

 

« Animé par une volonté de puissance brutale, Gilgamesh, roi d’Ourouk, traite ses sujets sans ménagement. Accablés par la crainte, ceux-ci se plaignent sans cesse, priant les Dieux de susciter un adversaire capable de tenir tête à Gilgamesh.

La déesse Arourou crée alors Enkidou, être à peine humain, partageant la vie des bêtes sauvages. Il sera attiré à Ourouk grâce aux charmes d’une prostituée qui l’initie à la vie sociale.

La rencontre d’ Enkidou avec Gilgamesh est marquée par une lutte titanesque au terme de laquelle tous deux se prennent d’une grande amitié.

Gilgamesh délaisse sa ville et part avec son nouveau compagnon pour courir l’aventure. Les deux héros mettent à mort le Gardien de la Forêt des Cèdres ^puis triomphent du Taureau Céleste.

Averti par des songes prémonitoires, Enkidou ne tarde pas à mourir, laissant Gilgamesh errant, saisi par la douleur et l’épouvante. La peur de la mort l’entraîne après de multiples épreuves jusque chez Outa-Napishtim, l’unique survivant du Déluge, seul capable de lui révéler le secret de l’immortalité…

L’épopée de Gilgamesh est un texte qui ne laisse pas indifférent. Elle raconte la naissance du monde et des hommes, la vie et la mort, le bien et le mal, la force et la faiblesse. Elle apporte à la mémoire de l’humanité oublieuse, l’extraordinaire évènement que fut le déluge et ce, dès le IIIème millénaire avant notre ère. Au travers d’une trame où le sacré est intimement tressé avec le magique, l’épopée de ce géant nous donne à voir un visage de l’humain confronté à l’objet de sa propre quête.

Distribution

Mohamed ADI, Jean Guy BIROTA, Sophie DELARUE
Suzy LORRAINE
Henriette NHUNG PERTUS, Robert PALADINI, Dominique SOLER, Bami LE WAMBA, Bernard WUNSCHE

Equipe technique

Eclairages : Marie-Chistine SOMA
Coiffures et maquillages : Antoine MORHANGE
Musique : Bami LE WAMBA
Masques : Françoise AUTRAN, Evelyne PAOLI, Antoine MORHANGE, avec la participation de Jacques HEMERY
Administration : Carol FRECHE

Partenaires financiers

Office Municipal de la Ville de Marseille, DRAC, Office Régional de la Culture, Conseil Régional, Fondas d’Action Sociale, FNAC, Conseil Général

Caliban Cannibale ou la Mer l’Hiver

SPECTACLES ET ANIMATIONS

Mise en scène : Alain Simon-1987

Deux femmes à la dérive dans une maison en bord de mer, un jeune homme surgit comme un elfe et bouleverse tout …

« Parfois la vie va trop vite, bât trop fort et, à vouloir la saisir toute, on s’essouffle, on trébuche, on s’écroule. Où est l’endroit, où est l’envers ? On ne sait plus, on se perd et toutes les saisons ressemblent à l’hiver…

Sarah, chanteuse de blues à la carrière incertaine, et Florence, comédienne, piégée par les miroirs flous du théâtre et de l’amour, ont pris refuge dans une maison au bord de la mer. Entre tous rites et querelles, entre paroles et silences, elles tentent de puiser la force de nouveaux départs lorsque surgit Alexandre ….. étrange Arlequin à la séduction ondoyante.

Sera-t-il pour les deux femmes, l’écume ou la vague, l’ombre ou bien la proie ? »

Critiques

Les Corbeaux ne font pas de Canaris ou Les aventures de Mo le corbeau

SPECTACLES ET

ANIMATIONS

Pièce de théâtre, texte et mise en scène de Mohamed Adi et René Escudié, 2005

« Les corbeaux ne font pas de Canaris ! ou les aventures de Mo le Corbeau » un spectacle de conte interactif qui est devenu un livre élaboré avec les enfants.

« Il était une fois un corbeau sur son arbre qui aperçut un canari, … il chantait si bien qu’il attirait tous les enfants. Le corbeau voulant l’imiter, ouvrit son large bec laissa tomber sa voix…. Les enfants horrifiés par ses coassements lui lancèrent des pierres. Il demanda au canari de lui apprendre à chanter, … mais les enfants lui lancèrent à nouveau des pierres. Il alla voir le peintre, … »

Mode d'emploi

Le spectacle mode d’emploi : L’histoire continue ainsi de mésaventure en mésaventure, et les enfants spectateurs deviennent acteurs en chantant avec les musiciens les chansons qui scandent l’aventure, « Canari notre ami », « Corbeau t’es pas beau », « Blues du corbeau », « C’est toi, c’est lui, c’est moi ». Un enregistrement son (cassette, DVD, lien) sert à mémoriser les mélodies et à apprendre les refrains et paroles des chansons du spectacle. Paroles de Philippe Gorge et Daniel Beaume, musique de Daniel Beaume.

Le livre mode d’emploi : Au début, l’histoire est racontée aux élèves jusqu’au moment où le corbeau est chassé. Ils doivent alors imaginer une ou des suites possibles.

Hamlet de Jules Laforgue

SPECTACLES ET ANIMATIONS

Direction d’acteurs : Marc de Négri-1993
Décor et costume : Christian Canelli

Seul, dans sa chambre, confronté à l’écriture de sa pièce, tentant de résoudre le mal qui le hante. Jules Laforgue cherche comment mettre au jour la vérité sur la mort de son père. Il imagine un Hamlet, hors des scènes écrites par Shakespeare, un Hamlet en coulisse.

Son Hamlet est ici fils de roi d’Afrique, et les armes qu’il possède sont la sorcellerie et toute une série d’actes rituels, au travers desquels il va tenter d’exorciser son mal-être, seul face à lui-même.

Collaboration artistique : Marc de NEGRI
Costumes : Françoise AUTRAN
Décors : Christian CANELLI
Créations lumières : Françoise ROUAN
Régie : Clément GOGUILLOT
Création et interprétation : Mohamed ADI

Représentations tous les soir au Temple Str Martial du 3 au 31 juillet 1993.

Critique : Le Quotidien de l’Olivier 15/07/1993 « Pour dire tout cela, une performance d’acteur impressionnante : les forces physiques qui se déchaînent, la transe de possession, et puis tout à coup, la distance, l’humour, la gouaille »

 

Gauche Uppercut (ou L’ Archipel B 612)

SPECTACLES ET ANIMATIONS

Texte de Joël Jouanneau – Mise en scène : Mohamed Adi-1996

Histoire d’un couteau rouillé et d’un briquet. Comédie urbaine burlesque en hommage aux Marx Brothers et à Jerry Lewis

L’Archipel B 612 est un lieu abandonné à l’écart de la Zone Rouge. Y sont parqués six êtres humains.

Cloack, 70 ans ;
Bonsai, 72 ans ;
Widish, 18 ans ;
Nigger, 65 ans ;
Prince, 25 ans ;
Denfer, 16 ans.

Seul Widish dispose d’un contrat de travail. Les autres sont sans ressource ni abri. Pour que la vie soit possible, ces six-là ont établi trois lois:

« Un : à deux on se tient chaud »
« Deux : à trois c’est un de trop »
« Trois : seul on ne tient pas »

Un 7ème, celui par qui le drame arrive, vient bouleverser l’équilibre déjà fragile de cette planète des exclus. Nain Jaune, il a 40 ans, il est algérien, c’est « l’étranger ».

Une main invisible préside à leur destinée, celle de Menott, que l’on ne voit jamais, sans âge, il est propriétaire de la Zone Rouge et a tous les droits…..

Mais, un cirque arrive et s’installe sur la place du village….

Particularité :

Ce spectacle peut être joué en tous lieux, dans n’importe quel décor urbain (métro, usine, hangar, …. sur les docks, dans les prisons, dans le Port Autonome de Marseille, … Mais aussi dans les théâtres dans une scène dépouillée au maximum.

Critiques :

« Ca s’est passé dans le métro », La lettre de la Région n°114, mars-avril 1996 :

« … jeudi 15 février 1996, .. station métro Vieux-Port à Marseille, une femme gît face contre le sol; un homme surexcité brandit un couteau, … Les badauds s’attroupent, personne n’intervient !! Certains semblent même s’amuser de la scène…La comédie a assez duré… « Coupez lance le metteur en scène: Il faut respecter le texte! On ne joue pas avec la comédie! On joue la comédie. Elle s’appelle « Gauche Uppercut ».

.